ETC Partie 2

Acte 2 : le « fork »

Alors, que fallait-il faire ? La pression était forte pour que les investisseurs de « The DAO » retrouvent leur argent. Or l’argent ayant été vidé sur un compte dont seul l’attaquant possèdait la clé secrète associée, il était rigoureusement impossible de le forcer à rendre sa cagnotte de 50 millions. Et puis selon moi, il ne s’agissait pas d’un hacker au sens où il faut l’entendre. Il n’était cependant pas faux non plus de dire qu’il avait détourné de l’argent. Au sens moral, c’était un voleur. Au sens juridique, sur la base de la maxime « The code is Law », il n’avait rien fait d’illégal…

On s’est alors retrouvé dans la situation où la principale activité du réseau Ethereum était l’investissement pour « The DAO » et un petit malin venu secrètement briser le rêve de fortune de milliers d’investisseurs… La pression était forte pour opérer un retour en arrière. Vous savez, dans les jeux parfois, il y a un petit bouton du type « roll back » utile quand on joue aux échecs contre un ordinateur et qu’on a fait une grossière erreur… On appuie sur le bouton et on reprend la partie quelques coups avant ! Hop ! Ni vu ni connu… Personnellement, étant très étourdi, je n’ai jamais pu battre un ordinateur d’une autre façon (c’est de la triche, je sais…). Là, idem, la pression était forte pour un « hard fork ». J’expliquerai le concept de « fork » et la différence entre « soft fork » et « hard fork » une autre fois si j’en ai le courage mais disons simplement que le « fork » dans ce cas signifiait revenir en arrière, changer le registre afin de se retrouver à l’état du monde d’avant l’attaque de « The DAO ». Autrement dit, on s’est mis à proposer à la communauté la possibilité de déchirer carrément les dernières pages de la blockchain d’Ethereum, c’est-à-dire d’effacer les traces de l’attaque. Solution radicale. J’avais à l’époque crée et invité les gens à participer à un petit sondage (pour ou contre le « fork ») et j’avais moi-même voté contre (ceci juste pour s’amuser alors que je ne possède aucun ether). J’avais voté contre pour plusieurs raisons (j’imagine que ceux qui comme moi étaient contre avaient les mêmes motivations) :

  • ce n’est pas parce qu’une escroquerie a lieu qu’on va annuler toutes les transactions qui ont eu lieu au même moment. Tant pis pour ceux qui ont fait confiance à un contrat pourri. Ils n’avaient qu’à faire attention.
  • si on s’amuse à faire cela une fois, cela créera un précédent. Pourquoi revenir en arrière cette fois-ci et pas dans le futur quand une autre opération douteuse se produira ? Sur quels critères a-t-on le droit de revenir en arrière ?
  • Et surtout, faire cela, c’est contre l’esprit de décentralisation. C’est donner le signe que le réseau est contrôlable par un groupe de personnes (dans ce cas, la fondation Ethereum et un petit groupe de développeurs).

L’argent contre la morale anar… Évidemment, l’argent a gagné. Il y a eu un vote suite à une proposition de la fondation Ethereum qui a été acceptée par 85% des acteurs. Toutes les personnes flouées étaient probablement pour. L’essentiel des mineurs aussi. C’est la suite le plus marrant.

Copy-of-2-Prong-Fork-1024x889

Laisser un commentaire